LET'S TALK #4 - Bilan Erasmus

15 août, 2016

Salut mes pirates,
Après une -petite- absence d’un semestre: je suis de retour! Je sais bien que j’avais prévu de publier un article par semaine pour vous racontez ce qu’il m’arrivait, mais j’ai était prise par la vie là-bas et j’ai décidé d’en profiter à 100%. Donc me revoilà après presque six mois pour un petit bilan de ma vie allemande et ce que cela m’a apporté. 

Pour commencer, pour tout ce qui est question d’université j’ai eu de la chance dans le sens où je n’avais que très peu de cours, les professeurs étaient attentifs et se mettaient à ma porté pour m’expliquer (parce que oui attention, les cours étaient pratiquement tous en allemand et… bien je ne parle pas un mot d’allemand woooop). Ce qui fait que sur le plan scolaire tous c’est bien passé pour moi, et j’ai même validé mon semestre avec aucunes notes en dessous de 13 -c’est ma petite fierté oui-. 
En ce qui concerne le logement, j’étais dans une résidence étudiante, bien que vielle elle était assez chouette avec un bar au dernier étage de l’immeuble histoire de décompresser en buvant de la bonne bière allemande (oui ok bon ce bar était pas le plus intéressant de la terre et j’y suis allée que deux fois ahem mais ça reste cool). Surtout que la plupart de mes meilleurs amis vivaient dans le même immeuble que moi (l’autre moitié dans l’autre résidence) donc je n’es à aucun moment souffert de la solitude: merci les copains. 
En bonne française, je me devais de critiquer la gastronomie allemande, qui bien que très simple est littéralement beaucoup trop lourde pour moi, les plats traditionnels sont très souvent à base de pommes de terres, et de saucisse sous-tout-ces-formes-avec-tous-les-goûts, et la pesco-végétarienne que je suis n’était pas très fan. Par contre, et c’est important de le sous-ligner, dans chaque magasins, chaque restaurants (même les kebabs) il y avait une alternative végétarienne. 
Le bonus durant mon échange, et également le point négatif, était que je suis partie dans une -toute petite- ville du fin fond de la foret noire. Autant vous dire que niveau activité à part les randonnées et le bar à shisha il n’y avait pas grand chose à faire. Ce qui nous a permit, les étudiants internationaux, à se voir et organiser des soirées, excursions et autres. Je pense que si j’avais été dans une plus grande en ville j’aurais été plus occupé à découvrir la ville que de me tourner vers les gens, donc merci Furtwangen d’avoir été aussi ennuyeuse pour me permettre de rencontrer tous c’est gens géniaux. 
Parce que voilà, être entouré de personnes provenant des quatre coins du monde est l’expérience la plus formidable que j’ai vécu. Étant tous loin de nos proches, les liens se créaient beaucoup plus vite qu’en tant normal, et c'est inconnus devienne rapidement plus que de simple amis mais une famille sur laquelle tu peux compter en toutes circonstances. Je n’aurais pas assez de place pour exprimer ma reconnaissance d’avoir pu rencontrer c’est personnes là; puis on se reverra, j’en suis persuadée. 
Ils m’ont permis de me rendre compte que malgré toutes nos différences, et les petits chocs culturels (dont les souvenirs me font toujours autant rire), nous sommes tous les mêmes. Pour la petite parenthèse, je suis persuadée que si tous le monde partaient quelques temps découvrir une nouvelle culture, le racisme n’existerait plus. 

Je suis rentrée depuis presque un mois maintenant, et je pense avoir le recul nécessaire pour pouvoir vous parler de ce que cette expérience m’a apporté. Pour le plus évident: mon niveau d’anglais. L’obligation de parler anglais tous les jours, m’a permis non pas d’être bilingue (si seulement..) mais d’être suffisamment à l’aise pour discuter sans plus trop de difficultés, de comprendre et d’être comprise. Être baigné dans l’allemand, et l’espagnol (merci les copains mexicains) m’a également permis de m’améliorer dans c’est deux langues. Cela m’a également permis de me débarrasser de ma timidité (pas complètement mais les progrès sont immenses), et une nouvelle ouverture d’esprit. 



J’ai plus que jamais envie de continuer à voyager, et de découvrir de nouvelles cultures, pays, personnes,… Partir en Erasmus m’a permis de grandir et pour ne pas m’arrêter dans cette dynamique d’évolution personnelle, l’année prochaine je ferais donc une pause d’un an pour pouvoir faire mon service civique, et le point sur mon orientation par la même occasion. 

Je vous embrasse et espère que vous avez passé l’été de vos rêves,

Charlie. 


newer older Accueil